ASSOCIATION ABBE PHOTO

La Gazette de Passadoc – N° 87

.

.

  • On raconte un peu… beaucoup… passionnément !
    À Puget-sur-Argens… L’ostal de Carcassonne… Promenade dans le Larzac et l’Aveyron… Roure… Les voies ferrées azuréennes… Onze stèles en béton… Roland Garros… Femmes de Provence…
  • Vagabondages
  • Les “Journées Européennes du Patrimoine”… c’est fini !
  • La Bibliothèque de Passadoc.

.

.

Claude Boyer

À Puget-sur-Argens…

Vendredi 16 septembre, “Puget d’Antan”, le tout nouveau musée des Arts et Traditions populaires, a été inauguré en plein cœur de village, en lieu et place de l’ancienne bibliothèque, elle-même ancien four banal communal (63, rue Victor Hugo), un musée qui a toute sa place chez Passadoc.

C’est un bâtiment emblématique de notre commune qui date du XIIIe siècle. Le seigneur mettait alors à disposition de ses villageois le four en échange d’une taxe. Ce lieu a du cachet et le musée des arts et traditions populaires y avait naturellement sa place“.

Photo VisitVar – Puget-sur-Argens.

Clic ! L’article de Var Matin

.

Alain Cathala

L’Ostal de Carcassonne…

– dit de Gayon – fut la “pierre de Rosette” qui a permis à Jean-Louis Vayssettes (archéologue) de déchiffrer la structure des Ostals médiévaux de Montpellier. Cette organisation est toujours la même malgré l’extrême variété de taille et de forme des parcelles construites…

L’ostal des Carcassonne a été construit au XIIIe siècle sous le règne du seigneur de Montpellier Jacme, Jaume, Jacques, James… roi d’Aragon (1208-1276).
L’archéologue J.-L. Vayssettes, spécialiste de ce bâtiment, raconte l’épopée de sa découverte archéologique. L’hôtel apparemment classique du sire de Gayon était en fait un ostal médiéval construit trois siècles plus tôt par un riche marchand de draps rouges sous le règne du seigneur Jacme, Jaume, Jacques, James…

(Source : Les Ouvriers de la Commune Clôture)

Clic ! On écoute…

.

Promenade dans le Larzac et l’Aveyron..

Trois jours à vélo dans l’Aveyron et le Larzac à la découverte des plus beaux villages à travers des paysages à couper le souffle ! On commence par La Couvertoirade, village fortifié avec ces remparts, les pavés, le château et une histoire intéressante avec les Templiers et les Hospitaliers sur la construction d’un des plus beaux villages de France.

.

Philipe Levieux.

Roure… Alpes Maritimes

De vieilles maisons datant pour la plupart des 17e et 18e siècles que les visiteurs découvrent en empruntant de pittoresques ruelles pavées en escalier ; celles-ci conduisent jusqu’au cœur du village où l’on peut goûter la typique “charcuterie de montagne”, le “brous” (fromage de vache), la tomme de Roure ou à l’agneau d’estive (label officiel), tout en admirant au passage un vieux lavoir et sa fontaine abrités sous un porche de pierre… ou une antique fontaine glougloutante !

.

Philippe Natalini

Les voies ferrées azuréennes

Savez-vous qu’un train particulier a sillonné un temps les voies ferrées azuréennes ?

À partir de décembre 1942 et jusqu’au premier semestre 1944, l’armée allemande lutte contre les sabotages opérés par la Résistance sur la ligne ferroviaire entre Vintimille – Nice – Breil-sur-Roya.
Pour ce faire, elle y fait patrouiller un train blindé puissamment armé.

Il s’agit du “Panzerzug 25” que l’on voit sur ces clichés d’époque.

.

Onze stèles en béton…

En septembre 1991, était inauguré sur le plateau de La Ceva commune de Fontan dans les Alpes maritimes, à 1 720 mètres d’altitude, un monument commémorant le “crash” du Liberator “Dallas Lady” du 885nd Squadron Heavy Special de l’United States Army Air Force. Ce crash est survenu le 12 septembre 1944 vers 23 h, quatre cents mètres plus haut et coûta la vie à 11 aviateurs américains.

Les membres de l’équipage étaient :
Earl A. Desjardins, Dale W. Marston, James W. Bryant, Robert M. Hermans, Frank D. Rugg, Guido J. Lancia, Stephen E. Levcik, Stanley Gluckman, Anthony R. Skarl, Lewis E. Kees, Joseph H.Boone.

Parti à 20 h de Maison Blanche à côté d’Alger, l’avion devait parachuter des armes et des munitions (18 conteneurs et 6 gros “packs” d’un mètre cube) à des partisans italiens de la région de Turin. Mais à la suite d’une erreur de navigation dans la nuit pluvieuse, l’aéronef percute la montagne. Les habitants des hameaux de Berghe vont entendre des explosions pendant plus de quarante-huit heures.

Onze stèles évoquent les aviateurs, le monument central, rédigé en français et en anglais, comportent l’historique du vol avec les noms des victimes. C’est le sculpteur Sacha Sosno qui conçut l’ensemble monumental, intégrant des restes de l’appareil.

En accord avec le Parc national du Mercantour, la Ville de Fontan a décidé d’offrir aux États-Unis le territoire occupé par l’ensemble muséographique.

Source : musée de la Résistance en ligne.

.

Roland Garros

Il y a exactement 109 ans de cela, Roland Garros arrivait à Fréjus (Var). Le lendemain, il réalisait l’exploit de traverser la Méditerranée aux commandes d’un avion…

L’aviateur français d’origine réunionnaise réussit en effet la première traversée de la Méditerranée en reliant Fréjus dans le Var à Bizerte, au Nord de la Tunisie. Il parcourt les 730 kilomètres en 7 heures et 53 minutes, à bord d’un monoplan Morane-Saulnier.

Son amie Marcelle est la seule femme et la seule civile présente sur le terrain du Centre d’aviation de la marine de Fréjus d’où il prend l’air.
Roland Garros décolle le 23 septembre 1913 à 5 h 47, avec 200 litres d’essence et 60 litres d’huile de ricin. Il part à la boussole, avec un moteur qui subit deux pannes, au large de la Corse et au-dessus de la Sardaigne. Il ne lui reste plus que 5 litres d’essence quand il se pose à Bizerte !

Un aventurier au sens littéral du terme.

.

Jean-Pierre Serra

Femmes de Provence

Quelques photos avant l’exposition Passadoc, à l’oubradou de la fouante…

D’abord dans notre village avec cette photo de famille devant la Boulangerie Chauvier en 1928, suivie de celle d’une procession à Notre-Dame en famille encore, puis de ces Provençales des années 30-40. Ensuite, avec quelques photos de tâches ménagères comme la couture, mais aussi la cuisine dans celle du Touring Club de France à la Pinède dans les années 50 …

Sans oublier la dimension bénévole pour préparer et servir des aïolis “monstres” et/ou des paellas pour 200 ou 300 personnes…

Il m’a semblé important de les compléter par quelques photos plus festives pour montrer que ces “Femmes Roquebrunoises” ne se limitaient pas aux tâches ménagères et savaient aussi se distraire !

Cette équipe de foot mixte, lors d’une soirée dans la salle des fêtes dans les années 60et ce cliché que j’affectionne et que j’avais saisi sur le boulodrome lors d’une fête du 15 août au début des années 80 : on voit la seule femme de ce groupe, se préparer à faire le pas pour pointer au jeu provençal, dans la quasi indifférence masculine.

.

.

.

Gilles Barattini

À Salernes, dans le Var…

Le circaète Jean-le-Blanc se nourrit essentiellement de couleuvres.

.

Mo Lalario

Dans le Cantal…

Marcolès, petite cité de caractère …
Un four à pain renaît le temps d’une escapade dominicale, bucolique et gourmande.

.

C’est fini !

Une expo. c’est un peu comme une pièce de théâtre…
Des mois de préparation/répétition… Un auteur*, un décorateur*, un éclairagiste*, quelques acteurs/actrices et des “petites mains” sans qui tout serait tellement, tellement plus difficile !
[*un… ou une !]
On décide d’une date… Ce sera dans deux mois… On a le temps… croit-on !

Plein d’enthousiasme, on commence :
Faudrait une affiche… une belle affiche en couleurs !
– Tu sais ce que ça coûte la couleur ?
– Tant que ça ?
– Ben oui !
– Ah bon…

Et les jours passent… une semaine encore… plus que deux jours… plus qu’une heure… ça y est : on ouvre ! On est fourbus le dimanche soir, mais si heureux : la “pièce” fut un succès ! On prendra encore le temps de dire merci à tous ceux/celles qui ont aidé et on gardera en tête les “applaudissements” :
Belle expo. !
– Bravo ! Vous avez fait du bon boulot !
– Mais où avez-vous trouvé cette photo ? C’est ma grand-mère qui bavarde avec la bugadière !

Et dans quelques mois, un/une d’ici demandera :
Vous faites une expo. cette année ?

Un grand merci

  • Aux visiteurs et à toutes les personnes qui ont aidé en coulisse !
  • Aux guides : Nadine Berenguier, Xtel N’riot, Nadia Nanot, Jean-Pierre Serra.
  • Aux artistes et auteurs : Patricia Gourirer (et sa fille Adeline) et André Abbe (également guide en provençal).
  • Nadia Nanot et Ericka Armougom qui préparent et gèrent l’événement depuis des mois.
  • Les équipes de la Mairie, Éric et toute l’équipe.
  • À Thomas de Boîte à Malices (BAM) et Kiki la Pigne.
  • Aux commerçants qui ont parlé de l’événement et se sont décarcassés pour que ce soit une réussite !

La surprise de dimanche !

… avec la visite de Miquela, chanteuse et animatrice TV.
Souriante, elle découvre une photo d’elle et de son fils.

Clic ! Écoutez !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-201.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-14.png.

EN VENTE ICI !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-15-1024x405.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-16-1024x187.png.